bout
   
   
         





prières


 

La fondatrice

Saint-JacquesVu l'état pitoyable des écoles rurales du Québec, Esther, en 1850, fonde la Congrégation des Sœurs de Sainte-Anne. Elle veut se dévouer à l'éducation des enfants pauvres et projette d'ouvrir des classes mixtes, projet reconnu très « subversif » pour l'époque. Esther, qui s'appelle désormais soeur Marie-Anne, devient supérieure.

     En 1853, devant l'essor de la communauté et faute de place pour loger recrues et pensionnaires, les soeurs déménagent à Saint-Jacques-de-l'Achigan (aujourd'hui Saint-Jacques-de-Montcalm) dans la région de Joliette. Là, soeur Marie-Anne rencontre de grands problèmes. Dès l'année suivante, à la suite de difficultés avec un jeune prêtre devenu aumônier du couvent, monsieur l'abbé Louis-Adolphe Maréchal, Mère Marie-Anne se rend à la demande de Monseigneur Ignace Bourget et accepte de démissionner comme supérieure. Elle devient alors directrice au pensionnat de Sainte-Geneviève. À cause de l'influence de monsieur l'abbé Maréchal, les persécutions continuent contre elle et, quatre ans plus tard, elle est destituée une seconde fois.

photo : Archives générales
Élèves et religieuses sur la galerie du couvent de Saint-Jacques-de-l'Achigan, en 1868.

 

 




 • Accueil de la section  • 
 • Une fondation qui remonte à 1850 • 1858 • 1886 • 
Les musées de la congrégation

Esther Blondin, notre fondatrice :
La fondatrice • L'oubliée • La réhabilitée  • Une femme de parti-pris • 
•  Une femme à l’action prophétique • Dans la phalange des mises à la marge •

   

 

© Septembre 2006
www.ssacong.org
Congrégation des Soeurs de Sainte-Anne