bout
   
   
         





prières


 

L’oubliée

Mère Marie-AnneMère Marie-Anne est rappelée à Saint-Jacques où pendant un an, elle ne figure pas sur la liste où sont consignés les noms et les emplois des sœurs. Selon son expression, elle est réduite à « zéro ». À Saint-Jacques, en 1859, elle est nommée sacristine. Elle remplira dans l'ombre différents emplois manuels selon les besoins de la communauté. C'est en 1890, après trente ans de vie très humble, que Mère Marie-Anne meurt, à la Maison mère de Lachine installée à cet endroit depuis 1864. Avant de mourir, elle renouvelle son pardon à monsieur l'abbé Maréchal.

      L’année dernière, comme votre Grandeur le sait, je n’ai eu aucune part dans les offices, je suis demeurée zéro toute l’année; cette année, on a eu assez de confiance en moi pour m’en confier deux, et l’on m’a donné pour aide celles qui étaient première dans ces deux offices l’année dernière. Ces offices sont la sacristie de la paroisse et la roberie. (Mère Marie-Anne à Mgr Bourget, le 17 octobre 1859)

photo : Archives générales
Mère Marie-Anne en 1888, au seuil de ses 80 ans.

 

 

 



 

   

 

© Septembre 2006
www.ssacong.org
Congrégation des Soeurs de Sainte-Anne